Accueil Actualités Réligion: Steeve Orphôss (stezo l’impérial), Il a fallu un Miracle (Clip Officiel).

Réligion: Steeve Orphôss (stezo l’impérial), Il a fallu un Miracle (Clip Officiel).

14
0
Partagez

Steezo, rappeur ivoirien, concepteur de l’Ex ‘’Flotte Impériale’’ dans les années 1998 est désormais prophète Steeve Orphôss, en France où il réside depuis plusieurs . En visite au pays, il parle de sa rencontre avec Dieu, et d’autres points sur Afrikipresse.

Steezo, expliquez-nous comment vous êtes devenu prophète Steeve Orphoss ?

J’allais en France pour l’enregistrement d’un album et dès mon arrivée, je suis tombé malade. Pendant 1 mois et demi, je rendais tout ce qui rentrait dans mon ventre, les médicaments; même mon propre sang y passait. J’avais commencé à agoniser lorsqu’un soir d’hiver, j’ai entendu la voix de Dieu m’appeler. Elle me disait : « Steeve, tu viens d’une famille chrétienne et tu n’as pas prié depuis longtemps ». J’ai commencé à pleurer parce que je connaissais la vie que je menais. Je m’en suis repenti, et j’ai promis le servir s’il m’accordait la guérison. Mon Dieu a saisi cette parole et j’ai été guéri. Depuis cette date, j’ai commencé à entendre parler Dieu de façon audible. Je devais même commencer un travail, mais  je suis resté à la maison pour recevoir les oracles de Dieu. Je ne connaissais pas la bible, mais je pouvais expliquer les versets incroyablement parce que Dieu me parlait personnellement.

Kodja Guy Vincent, Mc Claver, Dezy Champion aujourd’hui vous Steezo. Que répondez-vous aux gens qui pensent que toute cette histoire de pasteur est un effet de mode ?

Oui de nombreuses personnes pensent que c’est une question de mode. Mais il faut qu’elles comprennent que j’ai failli mourir. Voilà mon compagnon Almithy qui se trouve au cimetière aujourd’hui. Pour moi ce n’est pas un hasard. Pendant notre  carrière, Mc Claver chaque fois qu’on partait en tournée lisait la bible et ce, pendant tout le voyage et il nous la racontait. Pour dire que, Dieu nous préparait. Je pense que nous faisons partie d’un signe de la fin des temps, et j’espère que les ivoiriens vont le comprendre.

Derrière vous, il s’est raconté beaucoup de choses en Côte d’Ivoire, notamment que vous vendiez du poisson à Paris ?

Il n’y a pas seulement eu cette histoire. Il y’a eu aussi l’histoire de Jean Marc Guirandou qui disait que je lui avais pris la somme de 3 millions de Fcfa. Je pense que j’avais beaucoup d’ennemis dans le milieu hip-hop ivoirien. De nombreuses personnes ont saisi l’occasion pour me salir (Rire). Je pense que je vais faire un album que je vais appeler ‘’Victoty’’, la victoire de Dieu, pas la mienne. Almithy et Jean Marc Guirandou sont morts malheureusement. Paix à leur âme. Je pense qu’ils sont morts à cause de l’hypocrisie. Ce sont des personnes qui étaient dans ce qu’on appelle dans notre milieu le ‘’Game’’. Ils créent des choses pour pouvoir faire évoluer leurs activités. C’est ce qu’Almithy et moi nous avions fait à une certaine époque. On l’a appelé ‘’le défi Steezo-Almithy’’.

Justement, expliquez-nous comment est né ce défi ‘’Steezo-Almithy’’ ?

À cette époque, le groupe RAS avec Bony et Guy Vincent était le plus connu. Quand nous allions  Almithy et moi, dans une maison de presse pour la promotion de nos albums,  on se foutait de nous, parce que selon les journalistes on était pas connus. C’est alors que Mc Claver qui était mon manager, et Jean Marc Guirandou le producteur d’Almithy se sont rencontrés pour mettre cette stratégie en place. Et, nous l’avons acceptée. J’ai mal quand aujourd’hui, tout le monde se comporte si comme cette manière de faire est apparue seulement maintenant. C’est Almithy et moi qui avons entamé les clashs et les défis dans la musique ivoirienne. À cette époque, nous avions fait le plein du palais des congrès de l’hôtel Ivoire ainsi,  nous sommes devenus des légendes. nous n’étions pas de vulgaires vedettes. Aujourd’hui, tant dans la gestuelle que dans la manière de se vêtir, tous les faiseurs de coupé- décalé copient le Hip-Hop.

Votre avis sur la nouvelle génération de Hip-Hop qui utilise l’argo Ivoirien ‘’le nouchi’’ au lieu du français soutenu comme vous l’aviez fait à votre époque ?

Almithy et moi, nous avions fait un choix celui du français aujourd’hui c’est l’argo ivoirien qui est mis en avant par nos petits frères. La personne qui le pratique le mieux, pour moi c’est NASH parce que c’est une intellectuelle qui fait de la musique en Nouchi. Elle sait donc comment s’y prendre. Steezo et Almithy c’était 50.000 albums vendus en 15 jours chacun, ce que la nouvelle génération ne peut pas faire. Nous avions un objectif celui de vendre des discs et aller en Europe pour y démontrer notre savoir faire et nous y sommes arrivés. Pour ma part, le Hip-Hop d’aujourd’hui est en baisse. Sinon, le coupé décalé n’allait pas prendre autant d’ascension. Et, à notre temps on avait réussi à faire oublier toutes les musiques.

Réalisé par Roxane Ouattara


Partagez